Les réseaux sociaux...

réseaux sociaux

L'avis de l'expert :

"Avec les réseaux sociaux, les ados font comme leur parents à leur âge avec le téléphone : exister socialement. C'est également l'occasion d'assimiler les codes linguistiques et sociaux de différents publics et de jongler avec eux. [...]

Ce type de sites permet d'élargir le monde au-delà de son propre univers. Pour peu qu'on soit curieux Twitter est un bon système de veille et de recherche sur une foule de sujets. C'est un formidable tremplin - à croiser avec une recherche classique plus sérieuse, pour vérifier l'information et aiguiser son esprit critique. [..]

Les réseaux sont une occasion de développer sa créativité. Certaines plateformes sont typiquement dédiées à la création numérique, comme Instagram. Beaucoup de jeunes musiciens se forment sur YouTube, d'autres écrivent sur des blogs. [...]

Il y a des risques, certes, mais les réseaux sociaux peuvent aussi aider à se familiariser avec la question du droit à l'image. Les jeunes découvrent comme faire attention à leur image et à celle des autres."

 

Sources : Internet sans crainte www.internetsanscrainte.fr - programme d'éducation des jeunes à Internet. Société Tralalere www.tralalere.com - contenu numériques éducatifs.

Comment être e-responsable sur le net

Net addiction

"L’addiction au numérique se mesure à la perte de liberté"

Entretien avec Didier Acier, professeur de psychologie clinique à l’université de Nantes. Propos recueillis par Delphine Bancaud.

Qu’entend-on par addiction au numérique?

Beaucoup de Français ont un usage excessif des nouvelles technologies et peuvent passer une trentaine d’heures sur les écrans. Mais cela devient réellement pathologique lorsque la personne devient esclave d’un logiciel, d’une activité numérique, d’un site, d’un jeu vidéo… On est cyberdépendant lorsqu’on ne peut plus s’arrêter d’utiliser son smartphone, sa console, sa tablette, son ordinateur, voire plusieurs de ces objets. Et que cela devient son unique loisir. Toute la vie personnelle et sociale s'organise alors autour de cette activité. Pour résumer, l’addiction au numérique se mesure à la perte de liberté.

Quelle est l’ampleur du phénomène en France?

Il reste rare, puisqu’il concerne 2% de la population française, mais il risque fort de progresser dans les années à venir avec la multiplication des objets connectés. Ce fléau s’explique tout d’abord part la croissance du taux d’équipement en produits numériques dans les foyers et aussi par l’obsession qu’ont nos contemporains d’être toujours dans l’action. En attendant le bus, on se connecte à Internet, idem lorsqu’on est dans la salle d’attente du médecin.

Qui en sont les principales victimes?

Les «digital natives». D’ailleurs, les 15-30 ans sont plus nombreux à souffrir de cyberdépendance que le reste de la population française (4%). Notons aussi que ce phénomène qui était il y a quelques années l’apanage des jeunes garçons jouant trop aux jeux vidéo, se féminise. Les jeunes filles cyberdépendantes sont généralement davantage accros aux réseaux sociaux ou à des jeux comme Candy Crush.

Quelles sont les conséquences de cette addiction au numérique?

Chez l’enfant et l’adolescent, elle entraîne un manque de sommeil, un repli sur soi, une difficulté à se concentrer… Ce qui a des conséquences sur ses résultats scolaires. Chez l’adulte, elle génère une forte fatigue, une anxiété, des phases de déprime, un isolement social et conduit souvent à l’absentéisme professionnel.

Médi@ltérité

« Éduquer pour mieux prévenir »

Le Sicoval a choisit de travailler avec Médi@ltérité, organisme de formation dont la devise est "éduquer pour mieux prévenir".
Prévenir de quoi ? Des risques liés aux violences puis au souffrances des adolescents aujourd'hui.

Médi@ltérité a ainsi développé un programme de prévention dans un objectif de prévention de la violence des pré-adolescents et des adolescents. Le projet est né d’un constat (enseignants, assistants sociaux, infirmières scolaires, animateur socio-culturels, parents, etc…) : l’augmentation des micro-violences (insultes, violence physique pour jouer, effervescence des groupes d’élèves…)

"Même s’il est parfois difficile de différencier cause et conséquence, nous sommes sensibles au développement de ce qui nous apparaît comme un des facteurs de cette augmentation, à savoir, non pas simplement l’apparition des nouveaux médias, mais surtout l’apparition des nouveaux médias dits «sociaux».

Nous ne cherchons pas à diaboliser des outils qui font désormais partie des habitudes de vie et de consommation de nos populations. Nous ne jugeons pas non plus les marques, les entreprises et les outils qu’elles proposent. Notre démarche vise davantage à accompagner l’utilisation qui en est faite dans un objectif d’éducation, dans la mesure où nous considérons qu’il relève de notre responsabilité d’adultes de prévenir d’éventuels comportements qui pourraient résulter d’outils que nous mettons dans les mains des plus jeunes.

Éduquer au fonctionnement des modes de communication, à une meilleure compréhension de la construction des images, au développement de l’esprit critique, à la compréhension des rapports humains, doit permettre d’éduquer à une utilisation plus responsable des nouveaux médias."

Association Médi@ltérité - 804 chemin du Bois Grand, 31320 Aureville
contact @ medialterite.fr - http://www.medialterite.fr/

 

Citoyenneté et numérique

Le Conseil départemental de la Haute-Garonne met en œuvre un parcours citoyen et laïque destiné aux 60 000 collégiens haut-garonnais.
Ce parcours citoyen et laïque a pour objectifs :

  • De promouvoir les valeurs de la République, le principe de la laïcité
  • De favoriser l’apprentissage de la démocratie et du vivre ensemble
  • De favoriser l’émergence d’une conscience citoyenne

Il s’agit de mettre en place des actions concrètes pour les collégiens de la 6e à la 3e, tout au long de la scolarité en collège, et en lien avec le territoire. Pour construire ce parcours citoyen et laïque dans les collèges, le Conseil départemental va lancer une très large concertation avec tous les partenaires, au premier rang desquels l’éducation nationale, les parents d’élèves, mais aussi la Ligue de l’Enseignement et les partenaires éducatifs. Le parcours citoyen et laïque sera mis en oeuvre dans les collèges dès la rentrée scolaire 2016.

En savoir plus sur le parcours laïque et citoyen du Conseil départemental

 

Envoyer par mail

Les champs suivis d'une astérisque * sont obligatoires


Séparés par des virgules